header1

Lire un cadre

 

Pour connaître l’état d’une ruche, une observation de l’activité autour de l’entrée de ruche et l’inspection de la planche d’envol nous fournissent des indications précieuses. Néanmoins parfois l’ouverture de la ruche devient obligatoire : prévenir l’essaimage, administrer un traitement, vérifier la santé de la reine en cas de faible activité sur la planche d’envol.
Cette ouverture de la ruche est une opération délicate qui peut avoir de terribles conséquences. En effet, ouvrir une ruche induit un stress pour les abeilles et abaisse la température de l’habitacle donc du couvain. Cette opération ne doit être réalisée qu’en cas de besoin absolu et à un moment de la journée où la température est élevée.

 

 

L’observation du cadre de hausse de la photo de gauche nous informe sur la présence de couvain. En l’absence de grille de reine entre le corps de ruche et la hausse, la reine a étendu son couvain. Ceci indique une activité forte de la reine, mais ce n’est pas toujours l’effet recherché car les hausses sont normalement réservées à la récolte du miel. Le miel extrait aura donc du jus de couvain ce qui altérera le goût.
Sur la photo de droite (cadre de corps de ruche), nous observons un couvain abondant (cellules jaunes) et du miel operculé (cellules blanches). Ce qui est un excellent signe de bonne santé de la colonie.

 

 

La dernière photo montre un bon exemple de différents types de cellules :
- A gauche, des cellules luisantes où le miel n’est pas encore mûr donc non operculées.
- Toujours à gauche mais en hauteur, des cellules jaunes contenant du pollen servant à nourrir les larves.
- A droite, des cellules d'ouvrières (cellules operculées, fermées par de la cire). Si on entre-ouvre l’une d’elles on peut apercevoir une abeille presque formée mais pas encore pigmentée.
- Les alvéoles bombées sont des cellules mâles (faux-bourdons).